Charlottetown, Jour 9 : le guide de survie - #BRBRbus

Le #BRBRBus continue d’écumer les villes du Canada. En véritable vétéran de ce genre d’événement (j’ai deux semaines à mon actif…CQFD), je vous donne cinq leçons à suivre pour survivre et apprécier une tournée comme la nôtre, qui a quitté Charlottetown hier soir pour se diriger vers Moncton.

Photo de couverture : Aurélien, Réalisateur en chef. 

Avoir l’esprit ouvert

Parfois il y a le risque que l’on descende du bus, que l’on fasse notre tournage et que l’on remonte dans le bus directement, sans avoir découvert d’autres choses sur les artistes, leur ville ou le lieu de tournage. Mais c’est très important de le faire. C’est en se contentant de faire le strict minimum et sans curiosité que l’on devient usé et blasé.

Par exemple pour ma part je suis obsédé par Wikipédia, pas une ville n’y échappe, je connais le nombre d’habitants et les températures hivernales (très important les températures hivernales chez moi) ! On m’entend souvent dire « Ok c’est beau maintenant, mais l’hiver ? »

Quelques minutes de répit ? Je veux vaillamment traîner mes pieds fatigués dans le café le plus branché de la ville. Une soirée où l’on ne finit pas trop tard ? Allons manger dans le restaurant incontournable…

D’autres parmi l’équipe poussent le vice en transformant leur journée en bande originale de leur vie en allant voir des concerts les soirs, 99% de musique et 1% de calme.

La deventure du café le Kettle Black à Charlatown. Les portes sont jaunes et les lettres Kettle Black sont blanches sur un fond noir.

Mon fief à Charlottetown.

Apprécier l’endroit

Tout dépend de la météo. Mais nous avons été chanceux jusqu’à présent. Pour le moment le temps est plutôt stable. Les gens savent que l’hiver arrive, tout le monde profite des derniers beaux jours dans une bonne humeur générale.

Récemment, j’étais présent à Charlottetown et on y trouvait une ambiance vraiment familiale et sympathique. C’était un peu déroutant au départ; tout le monde était si civilisé et courtois alors qu’on pensait trouver davantage de rusticité. De plus, je trouve que la ville est magnifique…

Enfin c’était avant que les locaux ne m’apprennent qu’une partie de l’île disparaît sous la neige et que l’hiver ils sortent par leur balcon. Jamais la ville de Charlottetown n’avait reçu autant de neige que lors de la saison 2014-2015. La ville a reçu plus de 539 centimètres de neige, écrasant le record établi en 1971.

Quand je vous dis que c’est important le « Ok c’est beau maintenant, mais l’hiver ? ».

Nous voyons le port de la ville de Charlottetown, au premier plan il y a de l'eau, puis plus loin des bateaux de pêcheurs et en arrière plan trois maisons colorées de rose et de bleu

Le magnifique port de Charlottetown.

Profiter au jour le jour

Ce n’est pas toujours évident de garder son calme. Si on jette un œil à son agenda, on voit qu’on n’aura pas de temps libre jusqu’aux fins de semaines (fin de semaines qui se passent généralement dans des hôtels excentrés du centre-ville et où l’activité locale se résume au Tim Hortons du coin).

Par conséquent, il faut apprendre à apprécier chaque journée, à trouver des petits instants, des petits rien qui vont nous faire sourire et recharger nos batteries. La camaraderie à bord aide beaucoup mais c’est à chacun de trouver son moment à lui dans sa journée.

Un petit ecureuil roux pose devant la camera, il est immobile sur un pont en bois.

À chacun de trouver ses petits moments de joie.

Savoir vivre dans le #BRBRbus

Nous voyons Marc le cameraman de l'équipe se detendre dans son lit avec un livre à la main

Je me décontracte mais tu peux me déranger…

Le lit superposé du haut a le rideau tiré, la personne derrière dors probablement.

N’Y PENSE MÊME PAS !!!

Au premier plan il y a une telecommande avec plusieurs touches de couleurs (rose, jaune, violet), la telécommande est orientée vers le plafond du bus et on peut voir que des néons roses sont activés et éclairent la pièce.

Tu te dois de mettre l’ambiance.

L'entrée du bus, le coin cuisine et les rangements. L'espace est remplis de quatre personnes qui s'activent à ranger leur nourriture dans les rangements et frigos prévus à cet effet

Range ta nourriture le plus vite possible.

Nous voyons une table pour manger à l'intérieur du bus, cette table est remplie d'ordinateurs, de batteries et d'appareils. Sur l'extrémité de la table nous pouvons voir un bol et un fruit.

Utilise chaque centimètre de libre (oui il y a bien 2 personnes qui travaillent et une qui mange un repas luxueux autour de cette table).

Il s'agit de l'arrière du bus, le coin détente de ce dernier. La pièce est vide. Il s'agit d'un canapé en cuir de forme carré avec un coussin blanc posé sur celui ci. Au dessus du canapé on peu apercevoir des Blue Ray et un lecteur DVD

Respecte “la zone détente” au fond du bus plus que ta vie.

Il fait nuit et très noir, au milieu de l'écran se distingue deux visages grâce à des lumière frontales sur leur front. Les deux visages font la grimace.

Sois prêt en toutes circonstances

Un porte avec trois serviettes de toilette, au milieu de la porte il y a un message ecrit en anglais qui dit "NO FOOD", pas de nourriture.

Si c’est écrit c’est que c’est vrai. Ici il faut comprendre “PAS DE NOURRITURE DERRIÈRE CETTE PORTE”.

Réaliser que tu n’es pas Led Zeppelin

Vu l’allure de notre Drakkar (Drakkar = #BRBRbus) et de ses 8 passagers (mention spéciale à notre caméraman Joffrey : l’homme qui peut porter des chaussettes dans ses flip flops avec un pantalon convertible garni d’une tuque du Wu Tang sur ses cheveux longs se cofondant avec sa barbe), très vite les gens paniquent en nous voyant arriver.

Il ne s’écoule pas une minute à un emplacement de camping sans que quelqu’un ne vienne rôder autour de nous et nous lancer un « J’espère que vous n’allez pas faire la fête ce soir ».

Et justement après un tournage difficile, tu n’as envie que d’une chose : décompresser. Mais sache que ce n’est pas possible, le jour suivant à l’aube tu dois retravailler, tu ne joues malheureusement pas devant 50 000 personnes par soir, tu n’as pas de disque d’or à ton actif, tu ne sais pas danser… et tu vis avec 7 autres personnes qui t’attendent tous les soirs pour pouvoir prendre la route.

Il fait nuit, on voit l'arrière du bus et ses phares. Deux silhouettes montrent une remorque du doigt.

On a jamais vu Robert Plant accrocher lui-même son van derrière son bus.

Si vous voulez voir des photos qui n’ont rien à voir avec notre tournée, je vous conseille le lien suivant.

En espérant que le guide vous soit utile.

À demain pour la suite des aventures…

Aurélien

Pour découvrir l’essentiel de la nouvelle musique canadienne, toutes nos sessions, entrevues et critiques d’albums, rendez-vous sur BRBRtfo !