Winnipeg est un des plus grands marchés aux grains du monde, et c’est aussi la capitale du Manitoba. On y retrouve une petite communauté canadienne-française, les Franco-Manitobains. Après l’Ontario et le Nouveau-Brunswick, c’est le 3e endroit avec le plus grand nombre de francophones hors-Québec.

La scène musicale franco-manitobaine semble issue d’une grande histoire de famille, façonnée par de belles amitiés, où l’amour de la musique et de la langue française se transmet dans le cadre de grandes fêtes collectives. L’auteure-compositrice-interprète Ariane Jean incarne cet état d’esprit, témoignant de son amour pour la chanson du pays de Daniel Lavoie autant par sa voix que par son travail en arrière-scène.

Après avoir parcouru le Canada, les États-Unis et l’Europe au sein de la formation bilingue Chic Gamine, la Franco-Manitobaine rentre à la maison à Winnipeg en solo, le temps de trouver une nouvelle aventure. En se détachant des succès passés de son ancien groupe, Jean s’offre un retour sur les berges de la rivière Rouge à Winnipeg pour préparer la suite.

D’ailleurs, c’est vers l’avenir qu’elle tourne ses énergies, car aujourd’hui, une nouvelle génération d’artistes francophones de la province bénéficie de ses conseils et de son expérience. Nous rencontrons Ariane sur le Pont Provencher, qui relie le quartier francophone de Saint-Boniface au quartier central de Winnipeg.