Ce n’est qu’en 1970 que la ville de Thunder Bay est née, après la fusion de Fort William et Port Arthur. La ville, qu’on surnomme aussi “Lakehead” pour son emplacement au bord du lac Supérieur, a donné naissance à plusieurs joueurs de hockey, et est devenue une étape obligatoire pour les artistes canadiens en tournée d’un bout à l’autre du pays.

En plein cœur du bouclier canadien, un groupe joue tellement fort qu’il fracasse la roche vieille de milliards d’années. Le quatuor Bella Clava s’inscrit dans la tradition de hard rock canadien en troquant les synthétiseurs pour un orgue B3 tout en empilant les riffs de guitares massifs les uns par-dessus les autres.

Dans le Nord-Ouest ontarien, quelque part entre la chaleur du rock classique des années 1970 et l’intensité du rock alternatif des années 1990, la formation ne lésine ni sur sa technique, ni sur les mélodies. À preuve, quand tout le groupe embarque sur Loose Screw, Bella Clava offre un véritable coup de poing musical.

Il n’est pas étonnant que le groupe opère avec autant de poids et de lourdeur. Son dernier disque, Medicine for Melancholy, fut enregistré en Californie au studio Rancho De La Luna qui compte Queens of the Stone Age parmi ses anciens clients.