Zoom sur Karate Kids

Chaque vendredi, je demande à un artiste mis en vedette dans l’épisode de BRBR Le Conquérant de la semaine de me raconter sa journée de tournage telle qu’il l’a vécue. Aujourd’hui, Mathieu Drolet-Duguay, chanteur du groupe grunge Karate Kids, revient sur le sous-estimé mais bien présent, alternatif et DIY, nightlife de la ville du no fun, Vancouver.

Photo de couverture : Karate Kids.

On a commencé le matin avec la prestation. C’était assez spécial parce que je les amenais [l’équipe de tournage BRBR, ndlr] dans une salle de spectacle clandestine à Vancouver, un squat quoi. En partant on savait que ça allait être différent parce qu’avant de jouer il fallait qu’on réveille les résidents du squat. Je connaissais l’endroit parce qu’à toutes les fois où on joue à Vancouver on fait un concert « officiel », et on suit avec un concert privé, sous indications, dans des places comme ça. On avait déjà joué dans ce squat donc tout déjà était arrangé avec les gens sur place.

Il y a énormément de maisons comme ça à Vancouver, on va les appeler des maisons closes [rires]. Ce sont des maisons livrées à elles-mêmes, les gens les récupèrent et en font des salles de spectacle clandestines, ou des locaux de pratique pour des groupes.

C’est vrai que Vancouver porte le nom de no fun city, moi mon but c’était de prouver le contraire. Le nightlife se passe pas comme à Montréal ou à Toronto, c’est pas dans les bars ou les salles officielles. Évidemment quand tu connais personne c’est un peu difficile de se présenter, mais ça se passe comme ça à Vancouver depuis les années 80. Ça a commencé avec D.O.A., les inventeurs du punk canadien. C’est vraiment une tradition à Vancouver.

Une plage, la mer, au loin la ville de Vancouver et derrière les montagnes.

La vue depuis la plage Locarno.

L’après-midi on est partis à la plage. J’habitais à l’époque dans le quartier de Kitsilano où on s’est dirigés. Ensuite on est partis à la plage de Locarno, c’est un peu plus éloigné du centre-ville mais ça nous a permis de voir les gratte-ciels, les paquebots passer et les hydravions se poser. C’est un endroit où j’allais beaucoup mais ça m’a frappé d’y retourner.

À la plage c’était assez drôle parce qu’il y avait beaucoup de crabes autour de nous quand on marchait et M-J [assistante à la réalisation de BRBR, ndlr] en a écrasé un. C’était comique elle était comme « Oh ben moi le plein air là… » [rires].

Retrouvez Karate Kids, Low Levels, The Plodes et Olenka and The Autumn Lovers le 26 mars 2016 sur les ondes de TFO !

Pour découvrir l’essentiel de la nouvelle musique canadienne, toutes nos sessions, entrevues et critiques d’albums, rendez-vous sur BRBRtfo !